Bienvenue sur le site de "Ceux qui veulent le Pays pour tous"

Accueil > Archives > 2008 > Expulsion de notre ami Mohamed

Expulsion de notre ami Mohamed

dimanche 1er juin 2008

Notre ami Mohamed a été expulsé en Tunisie ce matin, jeudi 29 mai, par Marseille.

La décision de justice, refusant sa contestation de l’OQTF et sa demande de titre de séjour, est arrivée mercredi soir à 18h00.

La Préfecture avait déjà tout préparé en vue de l’expulsion : le départ à partir de Marseille, le laissez-passer du consulat de Tunisie ; tout cela était prêt bien avant d’avoir la décision de justice.

Par ailleurs, il faut savoir que le référé liberté fait par son avocat a été considéré comme irrecevable par le tribunal ! Les avocats ne comprennent toujours pas les raisons de cette décision.

Il faut savoir aussi que si le consulat de Tunisie n’avait pas signé si vite le laissez-passer, Mohamed devait repasser devant le juge des libertés vendredi 30 mai, ce qui lui offrait une possibilité de sortir de la rétention. Il aurait suffi de quelques heures de répit pour relancer la procédure, ce que le consulat et la Préfecture lui ont refusé.

L’administration et la justice deviennent des machines bien rodées et bien huilées, qui fonctionnent de plus en plus ensemble, et toute possibilité de défense et de contestation des décisions étatiques devient très dure voire impossible.

Son expulsion est donc toute à fait légale, c’est à dire conforme à la loi CESEDA actuelle ; pour ceux qui en doutent encore, c’est bien à la loi qu’il s’agit de s’attaquer, pour son abrogation, et pour son remplacement par une loi qui respecte les gens, leur vie et leur travail ici.

Cette expulsion brise sa vie : depuis plus de 10 ans, il vivait ici, travaillait ici, avait sa vie ici. Une expulsion, ce n’est pas une "simple reconduite" comme dit Hortefeux, une expulsion c’est une violence décidée par l’Etat, c’est une persécution contre des personnes qui n’ont rien fait de mal, sauf à considérer leur vie et leur travail ici comme dangereux pour le reste du pays.

Notre ami Mohamed, ouvrier maçon, fait partie des gens, trop peu nombreux aujourd’hui, qui décident de se battre et de parler pour les droits de tous.

Il fait partie de ces quelques personnes, avec ou sans papiers, qui osent parler et se battre pour que la France soit le pays de tous ceux qui y vivent, à égalité et dans la justice ; et qui disent tout le mal qu’ils pensent de la persécution actuelle contre les ouvriers étrangers et leur familles. Il n’attendait rien de l’Etat, de ses partis ; il ne comptait que sur ce que les gens eux-mêmes sont capables de mettre en oeuvre ; son travail dans le Rassemblement correspond à cela.

"Il faut du courage et de la confiance" : voilà ce qu’il disait aux hésitants et à tous dans les périodes difficiles. C’est le surnom qui lui est resté, et qu’il porte fièrement depuis plus de 3 ans.

La politique du gouvernement n’est que violence policière et déni du droit des gens. Les lois (CESEDA, Perben, rétention de sûreté... ) lui servent de caution et de justification "démocratiques" à la persécution et à la guerre qu’il mène contre une partie de la population :

Organisons-nous contre ces lois, pour les droits pour tous, pour une politique de paix et d’amitié entre les habitants du pays.

Mohamed remercie chaleureusement tous les amis qui se sont manifestés. Nous espérons le revoir bientôt parmi nous .

PS : Mohamed avait participé à un entretien avec un frère Franciscain qui organise les "cercles de silence" contre les centres de rétention. Cet article est paru dans le N° 6 de notre journal "Ici, Ensemble", téléchargeable sur notre site.